Fuite en avant !

Publié le : 26/06/22 - 20:38

Responsive image

Texte par : Demba Didi DIALLO

La route internationale de l’est de la Côte d’Ivoire est prête. Cette route, tout comme la précédente qui mène elle au nord du pays pour desservir le Mali, le Burkina Faso, le Niger, a un droit de passage, 1000 FCFA. L’’annonce de ce montant a enflammé la toile. Des ivoiriens jugent ce montant excessif. Un sentiment que ne partage pas et c’est de bonne guerre, le ministre de l’équipement et de l’entretien routier, Amédé Koffi Kouakou pour qui ce prix est le moins cher de l’Afrique de l’ouest. Et c’est là que je parle de fuite en avant du ministre Amedé Kouakou. Au constat, les ministres ou porte-parole du gouvernement aiment bien se réfugier derrière ce justificatif qui et à mon avis n’est ni nécessaire ni suffisant. En son temps, le ministre Bruno Nabagné Koné, alors porte-parole du gouvernement avait avancé le même argument lors de l’annonce des prix de péage de l’autoroute du nord. Ces prix indiquaient pour les véhicule légers ou voitures personnelles 1250 FCFA ; minicars de moins de 32 places, 2500 FCFA ; pour les cars de plus de 32 places et les gros camions, 3750 FCFA, camions poids lourds, 5.000 FCFA. Le ministre Nabagné avait en outre assuré en son temps(ndlr 2014) qu’aucun barrage ne sera toléré sur le  tronçon. Mais, aujourd’hui, tel n’est pas le cas malheureusement. Le président de la République est certes soucieux du bien-être de ivoiriens et de tous ceux qui vivent en Côte d’Ivoire, cela et indéniable ; mais ce n’est pas à lui de faire la police. Sur l’autoroute du nord des minicars et gros camions sont régulièrement stoppés. Cela n’est pas un secret de polichinelle. Revenant sur le sujet du prix de péage de l’autoroute de l’est ou autoroute de Grand Bassam, le ministre Amédé Koffi n’a pas besoin de se réfugier derrière les prix de péage pratiquées par les pays de l’Afrique de l’ouest. La Côte d’Ivoire leader de l’Union Monétaire des pays de l’Afrique de l’ouest (UMOA) a les prix de péage les plus chers. Car, la Côte d’Ivoire tout comme l’Allemagne pratique le dumping pour la vente de ses produits à l’’extérieur. Cette. Politique consiste à vendre ses produits plus chers en interne et moins chers à l’extérieur. Et les péages ivoiriens n’échappent pas à cette politique. Le vin étant tiré pour les habitants surtout de la zone de Bassam. Car le péage de Bassam et du pont Henri Koné Bédié sont situés en plein ville. Là également c'est une exception ivoirienne.

 


Autres Articles