Journée de l’enfant africain- Au-delà du devoir du souvenir des enfants de Soweto (Adama Koné)

Publié le : 16/06/22 - 20:30

Responsive image

Journée de l’enfant africain

Texte par : Demba Didi Diallo

L’Afrique célèbre ce jeudi 16 Juin la journée de l’enfant africain. L’organisation Save the Children en prélude à cette journée a organisé le mercredi 15 juin une conférence de presse sur l’élimination des punitions physiques et humiliantes en Côte d’Ivoire.

Cette année, le thème choisi par l’Union Africaine est « Elimination des pratiques néfastes affectant les enfants : Progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ». Inspirée de la marche des écoliers noirs tombés sous les balles assassines du régime de l’apartheid en juin1976, « le 16 juin de chaque année, est l’occasion pour tous les acteurs intervenant dans le domaine de la protection de l’enfant, de s’unir pour mener des actions d’information, de sensibilisation et de plaidoyer » a indiqué monsieur Adama Koné, Directeur de la Promotion de L’Enfant.

Cette journée qui est à sa 32 ème édition en Côte d’Ivoire « nous invite à nous prononcer sur le thème « La protection des enfants contre les pratiques culturelles culturelles néfastes : progrès réalisés par la côte d’Ivoire, depuis 2013 ».

Monsieur Adama Koné rappelant quelques chiffres a révélé que selon l’enquête VACs(Violence Against Children Survey)  2018, plus de 58% des filles et plus de 66% des garçons en Côte d’Ivoire sont victimes de toutes sortes de violences. Dans le cadre de l’éducation des enfants au quotidien se sont 19,0% des filles et 15,5% des garçons qui sont victimes de violence émotionnelle pendant l’enfance.

A cet effet, Monsieur Adama Koné soutient néanmoins que beaucoup d’efforts ont été faits par le gouvernement notamment pour ce qui est de la lutte contre les mutilations génitales féminines, les mariages forcés ou d’enfants et les coutumes, traditions, pratiques culturelles ou religieuses incompatibles avec les droits des enfants.

Plusieurs actions ont été menées au plan institutionnel, et opérationnel et juridique telle la vulguration des textes de loi réprimant le mariage précoce, la promotion des lignes vertes « Allo 116 enfants en détresse et 1308 ».

Quant à Madame Alioune Mariam Diarra, Directrice de la Protection de l’Enfant, l’enquête sur la violence faite aux enfants produit par le Gouvernement de Côte d’Ivoire et publié en novembre2020, 60,8% des garçons et 41,1% des filles sont victimes de violences physiques et psychologiques en Côte d’Ivoire. 

Save the Children travaille en étroite collaboration avec ses partenaires étatiques (Ministère de la Famille et de L’Enfant), de la société civile (Forum des ONGs nationales de protection de l’enfance).

La Côte d’Ivoire reconnue « pays pionnier » par les Nations Unies depuis 2018 pour son engagement à améliorer la protection des enfants sur tous les plans est également classée au rang des pays qui concrétisent les droits des enfants à vivre dans un environnement où ils sont protégés et grandissent à l’abri des violations de leurs droits primordiaux.


Demba Didi Diallo


Autres Articles